Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Comité de Dessertes des Vosges du 4/06/13

Vous trouverez ci-dessous le document de travail qui servira de support à ce Comité de Dessertes des Vosges : Document de travail du Comité de Dessertes des Vosges

COMPTE RENDU DU COMITE DE DESSERTE

"Ce très long comité de desserte (plus de 3 heures) a été très riche en échanges et en enseignements. Les élus du Conseil Régional se sont dits satisfaits, mais aussi (et surtout!) surpris de la très forte mobilisation des élus et des usagers lors de ce comité qui a réuni plus d'une soixantaine de personnes, et la quasi-totalité de notre conseil d’administration : Pascal LOPEZ, Fabien MALLERET, Jean-Pierre HURPEAU, Corinne VILLEMIN, Mathias ENGEL, Claude GUILLOUX, Francis VOGIN, Raymond COLIN, Jean-Jacques MICHEL, Maxime BEAUGUITTE.. il ne manquait que notre ami Jean-Patrick VAN MONTAGU excusé en raison d'un rendez-vous important.

 

Il semble que nos élus régionaux n'aient pas tout à fait conscience que leur stratégie consistant à rassurer les électeurs avant les élections ne fonctionne pas aussi bien qu'ils le souhaiteraient, car la majorité des usagers savent que l'avenir de la la ligne n'est pas du tout assurée, comme le démontre l’énervement de M. Patrick Hatzig, vice président régional en charge des transports quand le président et le secrétaire ont demandé au nom de l'association un engagement ferme de la Région sur le début de travaux de « régénération » de la ligne (en jargon SNCF) avant les élections de 2014.

 

Car ne nous leurrons pas. L'essentiel du problème est là. Les élus régionaux refusent d'entendre parler d'un plan Etat Région pour sauver la ligne et après discussion avec le représentant de RFF, les petites lignes ayant bénéficié d'un plan de « régénération » de ligne l'ont toujours été avec un cofinancement de cette nature.

 

N'oublions pas que la Région a déjà investi sur de l'infrastructure ferroviaires en Lorraine et que le gouvernement viens d'annoncer un plan de financement des réseaux ferroviaires de 3 milliards d'Euros. La question que nous continuerons de poser tant que nous n'avons pas une réponse ferme de l'état et de la Région est de savoir si la ligne 14 fera partie des 11 000 kms de fermeture de ligne annoncés dans un rapport RFF et non démenti par les rapports Bianco et Auxiette ?

 

Une bonne nouvelle tout de même, à confirmer car il n'y a rien de sur. Une partie de la ligne devrait être sauvée, le tronçon « sub urbain » entre Pont Saint Vincent et Nancy, où RFF aurait déjà programmé des travaux de régénération. Mais il est clair qu'il n'y a aucun projet de travaux sur les tronçons Pont St Vincent / Vezelise et Vezelise / Contrexeville. Pascal Ferveur de RFF nous confirme aussi que le Lobbying politique est en marche et que le sous préfet de Neufchateau leur à demandé un chiffrage précis du montant des travaux, qui s'élèveraient maintenant à une soixantaine de millions d'euros contre les 40 à 45 millions annoncés en 2011 lors du comité de desserte de Mirecourt. Mais la différence doit venir de la prise en compte du tronçon sub urbain, déjà planifié de longue date.

 

Et cette bonne nouvelle, à prendre avec précaution, met en valeur l'incohérence de la position de la Région qui consiste à dire qu'il faut d'abord renforcer la fréquentation de la ligne avant de parler de travaux. Cette stratégie est appuyée par des actions très concrètes et « voyantes » pour l'électeur : arrivée des nouveaux trains Régiolis et réduction du temps de trajet (de 20 à 30 mn sur les longues distances) en supprimant des arrêts dans les petites gares à partir de septembre prochain.

 

Le hic c'est que la ligne est déjà en augmentation de fréquentation constante depuis des années, malgré les avaries, les travaux n'en finissant pas, les horaires d'été, les trains vétustes... Nous avons même obtenu, certainement en partie grâce à la très forte mobilisation de nos adhérents et sympathisants, plus de 38% de fréquentation sur la gare de Mirecourt au premier trimestre 2013 ! Alors que dans le même temps, le tronçon Pont Saint Vincent Nancy a subi une légère baisse de fréquentation, la seule de la ligne ! Difficile dans ces conditions d'expliquer pourquoi les travaux vont être réalisés sur le tronçon dont la fréquentation est en baisse (en tout cas si l'on suit leur logique) ! Qu'attendent exactement les élus régionaux ? Les trains sont déjà bondés le soir au départ de Nancy, les parkings de certaines gares sont totalement saturés, que leur faut il de plus ?

 

Il faut savoir que les lignes TER ne sont et ne seront jamais bénéficiaires. Même les 3700 voyages quotidiens de la ligne ne couvrent qu'une infime partie des coûts d'exploitation de la ligne (coût que nous demandons depuis des années sans succès), très largement pris en charge par la Région. Dans ces conditions à quoi bon vouloir encore gonfler ces chiffres avant d'agir ? La fréquentation continuera d'augmenter car la situation de l'emploi, le coût des carburants, la raréfaction des spécialistes entraîneront de plus en plus de Lorrains dans les trains au cours des prochaines années... à condition que les élus régionaux se donnent les moyens de leurs ambitions d'aménagement et d'équilibre des territoires.

 

Pour finir sur le point névralgique de ce comité des desserte, des co financements européens sont mobilisables, comme nous l'a rappelé une de nos adhérente connaissant bien le dossier. Les élus pourraient donc monter un cofinancement EUROPE ETAT REGION s'ils en avaient la volonté, leur permettant ainsi de réduire la charge de la Région. Mais il est clair qu'il est préférable de financer un skylander fantôme ou des gares et aérogares au milieu de nulle part plutôt que de prendre en compte l'avenir d'un bassin de vie déjà économiquement sinistrée.

 

N'oublions pas que le train pour le Saintois et la plaine des Vosges c'est non seulement un moyen de transport indispensable (et pas seulement pour la sécurité et le bien être) pour des milliers de personnes, mais c'est aussi un vecteur de développement économique car les potentiels sont bien réels : familles allant au parc aventure de Bainville, touristes allant sur la coline de Sion, visiter les musées de Mirecourt, curistes de Vittel, Contrexeville, Bains les bains, voyageurs allant prendre un charter à l'aéroport de Juvaincourt (dont les dessertes sont de plus en plus importantes), projet de zone économique (au point mort !) sur Damblain... Ces voyageurs occasionnels, encore trop rares car les offres (que nous appelons de nos vœux) de tickets couplés n'existent pas encore, sont de véritables atouts pour le développement économique de notre belle région.

 

Dans le même esprit, Mathais Engel a rappelé que le site de Sion du Conseil Général est prêt cet été à tester une navette de mini bus entre la gare de Praye et Sion certains dimanches. Mais que le train permettant d'en repartir le soir en direction de Nancy ne circulera pas cet été ! Pour l'instant en tout cas. Ce qui est contradictoire avec le souhait de voir augmenter le nombre de voyages...

 

Au vu des risques de fermeture de notre ligne, le reste des échanges de ce comité de desserte paraît bien anecdotique. Il n'en reste pas moins que de nombreuses questions, besoins et dysfonctionnements ont été remontés par les membres de l'ADLF Nancy Contrexeville Merrey.

 

Nous avons évoqué de très nombreux problèmes d'horaires, de décalage tarifaire, d'information...Par exemple, Paul Mougel, conseiller d'Houdemont a demandé un arrêt supplémentaire à Houdemont le matin, arrêt permettant aux usagers de prendre le travail pour 8h sur Nancy, demande notée par les élus régionaux mais allant en total opposition avec leur volonté de supprimer des arrêts ! L'association défend bien entendu la position de la ville d'Houdemont (et d'autres communes touchées par les suppressions d'arrêt).

 

Notre position est claire.

  • D'abord réaliser les travaux, ce qui permettra d'augmenter la vitesse de circulation des trains sans pour autant avoir besoin de supprimer de nombreuses dessertes.
  • Ensuite soutenir la proposition de M. Gauthier Bruner, Conseiller Général et maire de Praye, qui propose que les transports départementaux (TED) convergent vers la ligne 14 au lieu de la concurrencer, organisant ainsi un rabattement pertinent qui permettra de supprimer les haltes les moins fréquentées. Nous souhaitons bien entendu négocier le même type d'accord avec le Conseil Général des Vosges.
  • Conserver la logique des trains semi directs mais en augmentant le nombre de trains en journée pour la partie sub urbaine afin de ne pas pénaliser les très nombreux voyageurs de l'agglomération Nancéiene.
  • Etudier la possibilité de transférer le point d'arrêt des trajets courts, au delà de Pont Saint Vincent, car les trains et les personnels y stationnent parfois plus d'une heure et demi pour rien.

 

Nous avons évoqué nos craintes liées au projet de réduction des horaires d'ouverture des guichets notamment sur Vittel, Contrexeville et Pont St Vincent qui risquent de déboussoler l'usager et lui imposer des contraintes supplémentaires, alors qu'il faudrait au contraire avoir une politique volontariste permettant d'accompagner l'important transfert des automobilistes vers le rail.

 

A noter tout de même une autre bonne nouvelle : à la question posée par le président Lopez au sujet du système de maintenance de nos rames qui oblige la SNCF a envoyer les trains en maintenance sur Strasbourg, Jean-Pierre Moineaux nous a confirmé qu'une étude était engagée par la Région afin à créer un centre de maintenance sur Jarville ou Blainville. Nous devrions ainsi avoir des trains mieux entretenus au quotidien avec des économies réelles pour la Région devrait ainsi économiser l'équivalent du coût d'un train Régiolis en économie de fonctionnement !

 

Pour finir, M. Guilloux, membre du Conseil d'administration de l'ADLF (ancien président d'AUTERLOR) et d'autres membres de l'association demandons un renforcement du dialogue et de la concertation sur ce comité de desserte. Nous apprécions le travail réalisé par les équipes de la SNCF et de la Région, ainsi que les qualité d'écoute du président Moineaux, mais nous avons parfois l'impression que nos demandes ne sont pas prise en compte.

 

Nous demandons :

  • Des compte rendus rapides (pas trois mois après) et exhaustifs, reprenant la totalité des questions posées (ce qui n'est jamais le cas)
  • La mise en ligne des contributions des associations d'usager de la ligne.
  • La prise en compte de nos questions et propositions dans le tableau de suivi des demandes. Nous n'avons, par exemple, que deux actions inscrites dans le dernier ordre du jour alors que nos demandes se comptent par dizaines. Afin de faciliter ce travail de recensement complet, nous allons préparer, en concertation avec les usagers de la ligne, un cahier de doléances que nous ferons parvenir à la Région.
  • La relance des ateliers de concertation permettant d'étudier dans les détail les très nombreuses doléances de nos usagers et des élus de la région, afin d'étudier ensemble des pistes de solution.Cet atelier gagnerait en efficacité en y associant des élus ou représentants des conseils généraux du 54 et du 88 ainsi que du Grand Nancy.

 

L'avenir de la ligne est donc plus que jamais remis en cause. Seule une très forte mobilisation des usagers, du public et de tous les élus, toutes couleurs politiques confondues, pourra venir à bout du besoin de financement des travaux de la ligne.

 

Des opportunités existent (plan gouvernemental, aides européennes, soutien politique fort...), le potentiel de développement et d'attractivité de la ligne n'a jamais été aussi élevé, mais il nous manque surtout du temps... Nous voulons obtenir un accord écrit avant les élections de 2014, afin que les élus régionaux ne puissent revenir sur leurs promesses (déjà insuffisantes!) dès le lendemain des élections. Si la ligne ferme en 2014 ou 2015 nous n'aurons plus aucun moyen de pression.

C'est maintenant que nous avons plus que jamais besoin de chacun d'entre vous pour nous aider à remporter ce combat... continuez de prendre le train, d'en parler autour de vous, de faire circuler nos propositions, de soutenir nos actions... Gagnons ce défi, pour nous et surtout pour les prochaines générations."

Le Conseil d'administration de l'ADLF Nancy Contrexeville Merrey

 

 



29/05/2013
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres