Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Le comité de desserte du 19 juin 2012

Intervention d’A.D.L.F.Nancy/Merrey au Comité de Dessertes Vosges du 19 Juin 2012

 

 

La SNCF est le Service Public qu’affectionnent le plus les Français.

 

Elle est régie par deux lois de gauche toujours en vigueur :

  • La LOTI
  • Le volet ferroviaire de la loi SRU

 

Le TER fait parti des compétences du Conseil Régional, que dire de l’action économique et des 200 millions d’Euros dédiés aux patrons sans aucune transparence, sans l’exigence de retour sur investissements (emplois, perspectives industrielles).

 

L’allégement du service d’été pour le TER sur 160 000 Kms/trains représente une économie pour la Région d’environ 1 million 200 000 € et permet à la SNCF de supprimer des emplois, bloquer les embauches nécessaires à la mise en œuvre d’un Service Public de Qualité.

 

La S.N.C.F.est l’entreprise qui licencie le plus en Lorraine.

 

Cette décision du Conseil Régional impacte les Usagers (abonnés du travail) dans la pérennité de leur emploi.

 

RFF  Use de ces capacités dédiées par l’Argent public (argent de l’impôt des contribuables Lorrains entre autres) à la spéculation financière 4 637 MDS CA Ø 4 102 MDS spéculation financière oubliant de fait sa première compétence, mission maintenance, travaux ferroviaires.

 

Pour ligne 14 : les moyens existent à la rendre pérenne.

 

Quant à la SNCF, force de propositions à imposer KEOLIS au Conseil Régional, celle-ci est dans la même démarche spéculatrice que RFF (reprise de 20% des parts détenues par VEOLIA (dans KEOLIS) et réinvestissement de 10% dans des fonds pensions Canadien), pour ne parler que de ce problème.

 

L’Argent des contribuables Lorrains au service de la spéculation.

 

Aujourd’hui, la gauche détient tous les pouvoirs.

 

Le changement, c’est maintenant.

 

Oserons-nous remettre en cause cette stratégie politique de ce trio infernal SARKOZY-PEPY-DUMESNIL et de décider de. :

  • L’abandon du projet de filialisation –privatisation de FRET SNCF ;
  • L’abandon des directives issues des assises ferroviaires à l’initiative du Sénateur UMP GRIGNON ;
  • L’abrogation des dispositions législatives ayant créé RFF et retour à l’entreprise publique de service public ferroviaire SNCF intégrée avec la création d’un pôle public financier et la transformation de la dette du système ferroviaire en dette d’état comme le prévoit la DE 91440 ;
  • Mais en premier lieu l’abandon du décret gare ;
  • la Région politique Lorraine doit aussi abandonner son projet de suppression de 200 000 Kms/trains pour 2013.

 Le président d'ADLF

Pascal LOPEZ





26/06/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 166 autres membres