Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Association Développement Ligne Ferroviaire Nancy Merrey

Grilles ferroviaires et routières soumises au débat et à de possibles amendements:

Synthèse de 08 journées d’action

Dimanche 03 Avril 2016

Dimanche 10 Avril 2016

Dimanche 17 Avril 2016

Dimanche 24 Avril 2016

Dimanche 01 Mai 2016

Dimanche 08 Mai 2016

Mercredi 11 Mai 2016

Dimanche 22 Mai 2016

Pour le maintien et le développement du Service Public Ferroviaire SNCF

Sur le Sud Meurthe et Mosellan, le Saintois, le département des Vosges (l’Ouest Vosgien), le Sud

Meusien, le Sud Haut-Marnais.

http---www.humourenpj.net-pj-pub.sncf.1973.flv.html

Neufchâteau

Un rassemblement des défenseurs de la gare néocastrienne et sa ligne ferroviaire Nancy - Dijon s’est déroulé hier, dans la cour d’honneur de la mairie de Neufchâteau. L’objet de la réunion dominicale concernait l’issue favorable à une revendication des usagers du rail obtenu après sept blocages du TGV.

« A partir du 12 juin, le TGV Nancy - Toulouse effectuera 2 arrêts par jour (un dans chaque sens) à Neufchâteau. Désormais, nous allons nous pencher sur le dossier des trains régionaux et améliorer les dessertes », intervenait brièvement Elisabeth Jandot, présidente de l’Adurne (association des usagers du rail de Neufchâteau et ses environs). Ces deux arrêts s’ajoutant aux deux arrêts existants sur le TGV Metz - Nice.

La menace de la ligne LGV Rhin-Rhône

Malgré une atmosphère décontractée, chacun restait parfaitement conscient que la vigilance reste de mise. « Il nous faut aussi prendre en compte que ces TGV sur la ligne 15 sont appelés à disparaître au fur et à mesure de la montée en puissance de la ligne LGV Rhin - Rhône. Pour le Sud meurthe-et-mosellan, le Saintois, le département des Vosges, le Sud meusien, le Sud haut-marnais, il nous faut reconstruire le service public ferroviaire SNCF. Nous aurons encore besoin de nous rassembler toutes et tous », lançait Pascal Lopez, président de l’ADLF (association de défense de la ligne ferroviaire) Nancy - Merrey.

L’heure était pourtant à la célébration d’une victoire acquise de haute lutte et sept mobilisations générales pour stopper le train à grande vitesse. « Dans le cadre des discussions concernant l’aménagement du territoire, nous allons poursuivre notre réflexion sur la place du transport ferroviaire. Je remercie toutes celles et ceux qui ont participé à ces rassemblements ainsi que les collègues élus » , insistait Simon Leclerc, maire de Neufchâteau. « Chacun a apporté sa pierre à l’édifice et un sens de la solidarité extraordinaire. C’est le début d’une nouvelle page à écrire », confortait Daniel Gremillet, sénateur des Vosges.

« La bataille du rail n’est pas finie. 26 millions d’euros ont été levés pour réhabiliter la ligne 14, ça doit continuer. Nous ne voulons pas passer à côté d’une ligne Nancy-Dijon en excellent état. Et éviter d’être déshabillé par le TGV Rhin - Rhône » , concluait Christian Franqueville, député.

 

"Article d'Eric Nurdin pour Vosges Matin"

 

 

 

Réunion du Vendredi 20 Mai 2016 en Préfecture

 

 

des Vosges.

 




Participants:

 

Monsieur le Préfet,  Monsieur Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS,

 

Madame la Sous-préfète de Neufchâteau, Madame Marie-Claude LAMBERT,

 

Madame Arielle GENET, Directrice DAPP Préfecture,

 

Monsieur Le Directeur Régional  SNCF Mobilité, Monsieur Jacques WEILL,

 

Monsieur le Député de la 4ème circonscription des VOSGES, Monsieur Christian FRANQUEVILLE,

 

Monsieur le Sénateur, Monsieur Daniel GREMILLET,

 

Madame Gaëlle HUGUENIN, Attachée Parlementaire de Monsieur le Sénateur, Monsieur Daniel GREMILLET,

 

Madame Anne-Marie ADAM, Conseillère Régionale Grand Est,

 

Monsieur Simon LECLERC, Maire de Neufchâteau,

 

Monsieur Alain ABEYA, Direction des Transports Région Grand Est,

 

Madame Dominique LEBESSON, Chargée de Mission aux transports Région Grand Est,

 

Madame Elisabeth JANDOT, Présidente de l'ADURNE,

 

Monsieur Pascal LOPEZ, Président d'ADLF Nancy/Merrey,

 

Monsieur Stéphane BUSOLINI, Représentant de l'ADURNE et d'ADLF Nancy/Merrey,

 

 

"Après l'intervention de Monsieur le Préfet,  Monsieur Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Monsieur Le

 

Directeur Régional  SNCF Mobilité, Monsieur Jacques WEILL, lors de sa prise de parole, nous a annoncé

 

l'octroi des arrêts quotidiens du Train d'Equilibre du Territoire Nancy/Toulouse dans les deux sens de

 

circulation et ceci dès le 12 Juin 2016."

 

 

 

 

 Intervention de Pascal LOPEZ Président d’ADLF Nancy/Merrey à la réunion du Vendredi 20 Mai 2016 en Préfecture des Vosges.

 

L’ADURNE, ADLF Nancy/Merrey et la CGT, au travers de leur pugnacité sur ce dossier, n’ont été que les outils qui ont transformé le mécontentement des femmes et des hommes

nombreuses et nombreux à chaque rassemblement en un rapport de force crédible, serein et efficace.

 

Nous ne pouvons que remercier ces femmes et ces hommes qui se sont mobilisés dans une diversité sociale et politique.

 

Une avancée, un signe fort est donné par la Direction SNCF. Il  nous faut saluer bien entendu l’engagement de l’ensemble des élus politiques du département des Vosges et au-delà qui ont œuvré pour l’obtention de ce résultat.

 

Si nous avons pu apparaître dur(e)s à pointer les responsabilités politiques, nous pouvons vous assurer de notre profond respect de cette diversité rassemblée.

 

Pour autant, nous tenons à préciser que ce signe fort donné par la Direction SNCF n’est qu’une partie de la réponse aux besoins de transport, afin d’assurer le désenclavement de nos bassins de vie et d’emplois, de nos territoires.

 

Cette solution doit nous permettre, en lien avec les élus politiques, les chambres consulaires, les associations, les syndicats, bien entendu la Direction SNCF, dans la concertation, la démocratie, le consensus, d’aboutir à une réponse aux besoins de transport qui soit pérenne.

 

Le concept ferroviaire et notamment TGV, développé par la Direction SNCF dans une vision libérale, est une machine à générer l’exclusion des plus démunis, des plus précaires, des plus pauvres du Service Public Ferroviaire SNCF. Il nous faut aussi prendre en compte que ces TGV sur ligne 15 sont appelés à disparaître au fur et à mesure de la montée en puissance de la ligne LGV Rhin/Rhône.

 

Pour le Département des Vosges (l'Ouest Vosgien), le Sud Meurthe et Mosellan, le Saintois,  le Sud Meusien, le Sud Haut-Marnais, il nous faut reconstruire le Service Public Ferroviaire  SNCF et à cet effet, nous aurons encore besoin de nous rassembler toutes et tous!

 

Efficacité économique et sociale, aménagement du territoire, cohésion sociale et territoriale, égalité d’accès et de traitement du citoyen, péréquation tarifaire.

 

Remettons ce train-là en marche !

 

 

 

 

 

 

 

bulletin-d--adh--sion-ADLF.doc

 

 

 

 

 

 

 

Suite à la conférence de presse organisée en gare de Neufchâteau à 16 heures ce Mercredi 18 Mai 2016 par Monsieur le Député Christian FRANQUEVILLE,  Monsieur le Sénateur Daniel GREMILLET et Monsieur le Maire de Neufchâteau Simon LECLERC, en la présence de l’ADURNE, l’ADLF Nancy/Merrey et de la CGT, nous avons pris connaissance d’une lettre du Secrétaire d’Etat chargé des transports, de la mer et de la pêche, Monsieur Alain VIDALIES à l’attention de Monsieur Guillaume PEPY Président de SNCF Mobilités.

 

"Au regard de son contenu, la décision a été prise de participer à la réunion du Vendredi 20 Mai 2016 à 09 heures 30, en Préfecture des Vosges -01, place Foch- 88000 EPINAL."

 

 

 

ADLF Nancy/Merrey participera à cette réunion !

 Manifestation en gare de Neufchâteau pour l'arrêt d'un deuxième TGV

 

 Courrier de la préfecture, réponse d'ADLF Nancy/Merrey!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13178808_1124926037528351_8939351066288772272_n.jpg

Plaidoyer pour le train du XXIe siècle

Samedi 30 Avril 2016, Convergence nationale rail a tenu ses assises nationales du ferroviaire public.

Une journée de débats et d’échanges pour sauvegarder et développer le service public ferroviaire.

 Intervention de Pascal LOPEZ Président d’ADLF Nancy/Merrey au rassemblement du 08 Mai 2016 à 15h30 en gare de Neufchâteau  devant 270 Personnes rassemblées!

 

L’argent du Service Public Ferroviaire SNCF dilapidé  au détriment de l’aménagement du territoire, des populations, des Usagers, des Cheminots.

 

-La Direction de la SNCF  (sous couvert de son Conseil d’Administration qui est une entité politique dans laquelle évoluent plusieurs sensibilités) a perçu 400 millions d’euros d’argent public au titre du CICE avec pour conséquence une dégradation continue du Service Public.

Mais qu’ont-ils fait de l’argent?

 

 

-La Direction de la SNCF a acheté OHL, plateforme logistique aux Etats- Unis, pour 717 millions d’euros et ATE, principal opérateur de bus en Australie, pour 113 millions d’euros.

Quelle plus-value pour les Usagers du Service Public Ferroviaire SNCF?

Pas un centime ne rentre dans les caisses.

 

 

-La Direction SNCF a injecté 246 millions d’euros dans EUROSTAR et 33 millions d’euros dans THALIS? Pour le profit de qui?

 

 

-La Direction SNCF a déjà perdu 29,3 millions d’euros dans sa prise de participation des trains de banlieue à Boston ceci via sa filiale  KEOLIS?

 

 

-La Direction SNCF, après avoir abandonné le siège de mouchotte qui lui coûte encore 7 millions d’euros de location pendant 12 ans, s’est installée au siège de Saint Denis pour 8 millions d’euros par an?

 

 

-La Direction SNCF réinjecte 110 millions d’euros dans OUIBUS et renfloue tous les ans cette filiale qui rentre directement en concurrence avec le train?

 

 

-La Direction SNCF (SNCF Réseau) en 2010, pour un chiffre d’affaire de 04 milliards 637 millions d’euros,  a investi 04 milliards 102 millions d’euros en bourse et cerise sur le gâteau, il manquait 01 milliard 500 millions d’euros pour assurer pleinement la maintenance du réseau ferré?

 

 

-A cela vient s’ajouter un budget astronomique, dépensé dans la communication,  dénoncé par la cour des comptes, ainsi que les scandales financiers IBM, BTP dévoilés par la presse.

Alors oui, l’argent existe pour développer le Service Public Ferroviaire SNCF.

 

Assujettir les arrêts des trains Nancy/Toulouse et Toulouse/Nancy, en gare de Neufchâteau, à une obligation de résultats, relève du peu de sérieux de la Direction SNCF.

 

Ces arrêts s’inscrivent, avant tout, dans le nécessaire désenclavement de nos territoires, de nos bassins de vie et d’emplois.

 

Il faut que le Gouvernement, le Patronat, la Direction SNCF, la Région Grand Est (dont le Président Philippe RICHERT est un membre du Conseil de Surveillance de la SNCF et donc

 de son Conseil d’Administration) répondent aux exigences que nous portons!

 

Sur Neufchâteau :

 

- le maintien et développement des trains d’équilibre du territoire,

 

- le maintien des arrêts TGV dans la cohérence,

 

- la redéfinition d’une offre TER étoffée (cadencement) entre Neufchâteau et Nancy par trains et entre Neufchâteau, Mirecourt et Epinal par bus faisant correspondances avec les  trains d’équilibre du territoire.

 

Sur l’axe Nancy/Mirecourt/Vittel/Contrexeville/Culmont Chalindrey :

 

-l’accomplissement des nécessaires travaux d’investissements (TX renouvellement, voie, ballast), ceci entre Jarville et Vittel,

 

-la mise en place d’un cadencement (trains directs, semi-directs et omnibus) qui soit une véritable réponse aux besoins de transport, à l’aménagement du territoire,

 

-la mise en place de l’intermodalité qui fait cruellement défaut,

 

-la réhabilitation des relations interrégionales Nancy /Mirecourt/Culmont Chalindrey,

 

-la réhabilitation des haltes et gares ferroviaires supprimées pour le Service Annuel 2014.

Toutes ces mesures de bon sens s’inscrivent pleinement dans la définition du Service Public Ferroviaire SNCF (qu’une majorité de Français affectionne) sur le département des Vosges (l’Ouest Vosgien), le Sud Meurthe et Mosellan, le Saintois, le Sud Meusien, le Sud Haut-Marnais:

 

Efficacité économique et sociale, aménagement du territoire, cohésion sociale et territoriale, égalité d’accès et de traitement du citoyen, péréquation tarifaire.

 

Vous l’avez compris, nous serons vigilants, nous ne lâcherons rien !

 

 

 

20151121_142247.jpg

Il-faut-reconstruire-le-service-public-ferroviaire-fran--ais.odt

Intervention de Pascal LOPEZ Président d’ADLF Nancy/Merrey au rassemblement du 01 Mai 2016 à 15h30 en gare de Neufchâteau

 

Il nous faut reconstruire le service public ferroviaire français. Le réseau ferroviaire français, connu sous le nom de « la » SNCF, faisait par sa fiabilité et son accessibilité la fierté de notre nation. D’abandons successifs en déliquescences programmées, les politiques menées par l’État et par les dirigeants actuels de « la » SNCF l’ont rendu de moins en moins performant.

Sous les prétextes les plus divers (l’Europe, la modernité… surtout pour satisfaire aux idéologies libérales), l’unicité a volé en éclats. « La » SNCF n’est plus qu’un groupe capitalistique comme un autre comptant plusieurs centaines de filiales, plus ou moins privatisée pour nombre d’entre elles.

Le métier de « la » SNCF (et de ses cheminots) était le chemin de fer français. Aujourd’hui, il ne représente plus qu’une part de plus en plus infime des activités du groupe et semble bien être le cadet des soucis de sa direction, qui préfère investir à l’étranger ou sur la route, organiser sa propre concurrence sur le rail.

Nous sommes loin de l’esprit qui animait ceux qui allaient reconstruire la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, prônant « l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ».

Il n’y a plus dans ce pays de service public ferroviaire, mais un ensemble d’entreprises commerciales concurrentielles dont le seul souci est le « remplissage » qui permet le profit. Le citoyen usager (particulier ou entreprise) devient un « client » qui doit payer de plus en plus cher et se trouve le plus souvent livré à lui-même face à la complexité grandissante d’un système déshumanisé.

Que lui offre-t-on en retour ? Dans une « communication » dispendieuse, « la » SNCF nous propose des destinations où nous n’avons pas besoin d’aller, dilapide l’argent public dans des activités étrangères au ferroviaire, transforme ses gares en centres commerciaux. Derrière cette façade mensongère se cache la dure réalité. « La » SNCF néglige les voyageurs : gares fermées, arrêts sacrifiés, trains supprimés, surchargés ou en retard, voies vétustes, voitures inadaptées, correspondances non assurées… et tarifs toujours plus élevés que l’on essaie de masquer derrière les offres prétendument alléchantes du « yield management » (dont le seul objectif est de faire du remplissage).

Ni les préconisations du rapport Duron sur les Intercités, ni les atermoiements du secrétaire d’État aux Transports, ni les coups de boutoir ultralibéraux de la loi Macron ne vont améliorer cette situation. Ils ne souhaitent que livrer le bien commun de la nation durement payé depuis des décennies par nos impôts, directs et indirects, à l’encan des privatisations sauvages.

Les cheminots « de base » ont montré à maintes reprises par leurs actions revendicatives leur volonté de maintenir la « machine SNCF » sur ses rails, mais ils ne peuvent à eux seuls faire front à la désorganisation volontaire des activités ferroviaires nationales, à leur dépeçage. La nation tout entière, à laquelle appartient le chemin de fer français, doit réclamer la reconstruction d’un service public ferroviaire digne de ce nom !

Les luttes menées sur tout le territoire par de très nombreux collectifs unissent les efforts des populations, des usagers, des cheminots et des élus pour réclamer maintien et développement du service public ferroviaire. Celles-ci doivent permettre non seulement de (re)faire un état des lieux mais surtout de proposer des solutions de remédiation.

Pour répondre aux attentes quotidiennes de tous les citoyens, pour servir la relance des économies régionales et de l’économie nationale, pour mieux préserver notre environnement dans l’esprit du développement durable, il faut poser les bases nécessaires à la reconstruction du Service Public Ferroviaire.

Cette reconstruction doit reposer sur les notions fondamentales de liberté, d’égalité, de fraternité et d’unité de la nation.

Pour que la liberté d’accéder au transport ferroviaire ne soit pas entravée par la dégradation du réseau et des services, regardons comment restaurer ce réseau, comment l’améliorer, comment le mettre à la portée de tout un chacun.

Pour que l’égalité de tous à cet accès soit reconnue sur tous les territoires, prévoyons des tarifs ferroviaires accessibles à tous, égaux pour tous sur tout le territoire…

Pour que la fraternité retrouve son sens dans le partage de ce mode de transport, que la solidarité nationale ne soit pas un vain mot, faisons en sorte que personne ne soit exclu de l’accès au train…

Pour que l’unité nationale soit préservée en ne livrant pas des pans entiers de territoire à la désertification ferroviaire, prélude à la désertification économique et humaine…

Retrouvons cet élan visionnaire et cette intention stratégique, participons tous à la relance du service public ferroviaire SNCF.

 

 

 Intervention-de-Pascal-LOPEZ-Pr--sident-d.odt

« Intervention de Pascal LOPEZ, Président d’ADLF Nancy/Merrey, au rassemblement du Dimanche 03 Avril 2016 à Neufchâteau »

 

Le Service Public Ferroviaire SNCF est un secteur des transports structurant, un maillon essentiel de l’aménagement du territoire.

 

-Droit au transport, accessibilité pour tous, péréquation tarifaire, cohésion sociale et territoriale, enjeux industriels, sécurité et qualité des déplacements des Personnes et des Marchandises, emplois, conditions sociales (statuts), nuisances et gestion de l’énergie démontrent la pertinence du Service Public et plus précisément du Service Public Ferroviaire SNCF.

 

-La libéralisation des transports montée en puissance depuis 20 ans (et plus) a abouti à un transport fret sous-tarifié, outil propice aux délocalisations industrielles.

 

-Ainsi précarité, sous-traitance et concurrence entre Salariés et Territoires gangrènent ce secteur.

 

-L’incapacité de cette conception capitalistique (libérale) à répondre aux problèmes posés n’est plus à démontrer.

 

- La question des transports est éminemment politique. Plus personne ne peut en douter, tellement elle façonne d’une part la Société moderne, influe sur l’immédiat et dessine l’avenir.

 

-Aujourd’hui nous avons à affronter un enjeu environnemental et à relever un défi en matière d’économie d’énergie.

 

 

-Il y a un parfum d’irresponsabilité à œuvrer pour une croissance routière, à se féliciter de l’arrivée d’opérateurs ferroviaires privés cannibalisant grâce au dumping social le travail du Service Public Ferroviaire SNCF, alors que la part modale du fer continue de baisser dans notre Pays.

 

-La suppression des trains d’équilibre du territoire sur ligne 15   (Nancy/Neufchâteau/Dijon), ainsi que les fermetures programmées à l’exploitation des lignes ferroviaires Nancy/Mirecourt /Merrey/Culmont Chalindrey, Epinal/Saint Dié, Epinal/Belfort, le refus de la réouverture  du tronçon ferroviaire Laveline/Géradmer vont contribuer à l’enclavement du Département des Vosges (de l’Ouest Vosgien),  du Sud Meurthe et Mosellan, du Saintois, du Sud Meusien, du Sud Haut-Marnais.

 

-Ces décisions engagent la responsabilité de l’ETAT et ses représentants actuels majoritaires dans les conseils d’administration de « l’entité SNCF ».

 

-Pour autant le Conseil Régional de Lorraine et sa majorité avaient le devoir de respecter le volet ferroviaire de la loi SRU, qui impose des liaisons ferroviaires et non routières, hormis les zones non desservies par voies ferrées.

 

-Au titre de l’égalité de traitement des Usagers et contribuables lorrains, ils ont le devoir de mettre en œuvre un cadencement  tant sur ligne 15 (Nancy/Neufchâteau), que sur ligne 14    (Nancy/Mirecourt/Merrey/CulmontChalindrey).

 

-Les arrêts commerciaux des TGV en gare de Neufchâteau excluent de fait les Usagers du Service Public titulaires d’un abonnement de travail ou d’une carte métrolor, ainsi que les plus démunis, puisque contraints à prendre une réservation.

 

-Les Usagers et les Populations de Neufchâteau, Mirecourt et les environs sont toujours confrontés à l’absence d’une desserte ferroviaire digne de ce nom, ceci au titre du désengagement financier de l’ETAT.

 

-C’est pourquoi les Usagers, les Populations, les Elus Politiques, les Syndicats doivent faire vivre et aboutir les propositions alternatives suivantes nécessaires au désenclavement, au développement du Département des Vosges (de l’Ouest Vosgien), du Sud Meurthe et Mosellan, du Saintois, du Sud Meusien, du Sud Haut-Marnais.

 

-Ces propositions ont été rappelées le 12 Octobre 2011 à Monsieur le Sous-Préfet de Neufchâteau, lors de la rencontre que nous avons eue avec L’Association ADURNE.

 

INFRASTRUCTURES, il faut:

 

-moderniser et électrifier la ligne 16 Sud Epinal/Belfort avec doublement de la voie Aillevillers/Lure.

 

-moderniser et électrifier la ligne 14 Nancy/Mirecourt/Merrey/CulmontChalindrey avec doublement de la voie Vézelise/Mirecourt.

 

-moderniser et électrifier la ligne 18 Epinal/Saint Dié avec doublement de la voie et la réouverture de la ligne Laveline/Gérardmer.

 

-rouvrir les gares de Lamarches et de Vaux sous Aubigny à la circulation afin d’améliorer la sécurité et la régularité.

 

-réouverture et réhabilitation de la gare de Damblain.

 

OFFRES FERROVIAIRES, il faut :

 

-rétablir sur ligne 14 les relations ferroviaires interrégionales Nancy/Mirecourt/Merrey/CulmontChalindrey allé et retour.

 

-mettre en place un cadencement qui soit un cadencement tant sur ligne 14 que sur ligne 15 faisant correspondance avec les TGV au départ et à l’arrivée en gare de Nancy.

 

-obtenir les arrêts des trains d’équilibre du territoire, des TGV en gare de Neufchâteau et de Merrey et l’accessibilité aux TGV des Usagers, Etudiants titulaires d’un abonnement de travail, dune carte métrolor.

 

-supprimer les bus au départ de Neufchâteau à destination de Nancy et au départ de Nancy à destination de Neufchâteau, rétablir les relations ferroviaires  correspondantes (TER), mettre à disposition les moyens routiers libérés sur les zones géographiques non desservies par le fer comme le prévoit le volet ferroviaire de la loi SRU.

 

-ouvrir un guichet voyageur en gare de Merrey.

 

-mise en place d’une liaison ferroviaire Neufchâteau/Paris le matin et Paris/Neufchâteau le soir, desservant Toul, Commercy, Bar le Duc, Vitry le François, Châlons-en-Champagne, Epernay, Château-Thierry.

 

-mise en œuvre d’une politique d’intermodalité et la mise en place d’une carte orange financée par les bénéficiaires du transport,  les employeurs.

 

FRET ET VOYAGEURS, il faut :

 

-organiser un colloque ou forum fret et voyageur au niveau de l’Ouest Vosgien afin de redynamiser le Service Public Ferroviaire SNCF, ceci avec les Elus Politiques, les chambres consulaires, les Syndicats, les Associations d’Usagers, les Usagers et les populations.